Joël Dragutin

En huit années de travail dans le nord de la France (Lille, Roubaix, Tourcoing) et après quelques expériences d’acteur ou d’assistant au théâtre, au cinéma ou à la télévision, il met en scène de nombreux auteurs contemporains (Inahi le pêcheur de lunes d’Etienne Catallan, La Promenade du dimanche de Georges Michel, Sterntaller de Franz Xavier Kroetz, La Demande d’emploi de Michel Vinaver, Vernissage de Vaclav Havel…).

Sa première pièce en tant qu’auteur, La Baie de Naples, mise en scène à Cergy-Pontoise, sera représentée à Paris, avant de partir en tournée en France et à l’étranger : Moscou, Saint-Pétersbourg, New York, Montréal, Manchester, Birmingham… Elle sera ensuite plusieurs fois reprise.

Il fonde ensuite à Cergy-Pontoise le Théâtre 95, lieu de création, d’éducation artistique et de débats.

De 1989 à 1996, en écho à son travail d’écriture et d’accueils d’auteurs vivants, il met en scène différentes pièces du répertoire classique : La Double Inconstance de Marivaux, Les Caprices de Marianne de Musset, Amphitryon de Molière, Messieurs les ronds de cuir, adaptation d’après Courteline, Démontages (textes surréalistes de Breton, Dali, Dubillard, Dubuffet, Michaux…), La Querelle de l’École des femmes (textes de Molière, Racine, Corneille, Donnaud de Visée…). Puis, en 1998, Le Mariage de Figaro de Beaumarchais à Cergy puis à Paris. Viendront également, entre autres, Dialogues d’exilés de Bertolt Brecht en 2005 et On ne badine pas avec l’amour de Musset en 2009.

En parallèle, il co-écrit et met en scène avec François Rollin Colères, un seul en scène sur la « folie ordinaire » (création à Cergy-Pontoise, puis à Paris, en tournée en France et à l’étranger).

Il crée, Le Chant des signes 1 sur le discours du pouvoir (1998 à Cergy-Pontoise et Montréal), puis les Chroniques des temps radieux, en mars 2001, une fresque théâtrale en 4 parties sur les mythologies contemporaines postmodernes, composée de La Baie de Naples, Tant d’espace entre nos baisers, Sens unique (seconde version) ainsi qu’une nouvelle pièce, Haute altitude.

En 1999-2000, le Théâtre 95 devient Scène Conventionnée aux Ecritures Contemporaines, Joël Dragutin signe deux créations : Au pays de la musique perdue (spectacle musical jeune public (en co-production avec le Conservatoire à rayonnement régional de Cergy pontoise) ) et Nouvelle vague (travail sur l’écriture cinématographique transposée à la scène).

En 2002, il conçoit avec Emmanuel Depoix et met en scène Un certain Charles B… (poèmes et autres écrits de Baudelaire) qui sera joué à Cergy-Pontoise et au Théâtre Molière/Maison de la poésie à Paris en février-mars 2003.

En 2003, répondant à une commande de L’apostrophe/Scène nationale de Cergy-Pontoise, Joël Dragutin crée une courte pièce, La Spectatrice, (écriture et mise en scène d’un impromptu).
Il crée ensuite au Théâtre 95 Grande vacance (2004), Petits voyages au bout de la rue (2007) puis Chantier Public en tournée dans le Val d’Oise chez l’habitant et Une maison en Normandie (2012) qui inaugure la nouvelle salle Visconti du Théâtre 95 agrandi et rénové.

Les Portraits (réunissant La Spectatrice et L’Estivante), sont repris et créés en 2014 au Théâtre du Lucernaire à Paris, puis joué au Théâtre 95 de Cergy-Pontoise et en novembre 2014 au Théâtre National de Mexico (INBA) et au festival off d’Avignon en 2015 et en 2017.

En héritage – quatuor pour le temps présent où quatre jeunes gens s’interrogent sur le monde qui leur est laissé « en héritage » et sur ce qu’ils vont en faire… – est créé en février 2016 au Théâtre 95 à Cergy-Pontoise.

En novembre 2017, poursuivant son observation des grands mythes contemporains et plus particulièrement du monde politico-médiatique, Joël Dragutin crée, pour dix représentations au Théâtre 95, Le Chant des signes II.

Cette série de représentations clôt un cycle de travail en qualité de directeur du Théâtre 95/Scène conventionnée aux écritures contemporaines, animateur d’une équipe et d’un lieu repéré comme espace de création, de réflexion et de démocratie sur les grands enjeux contemporains.

Après la fusion en janvier 2018 du Théâtre 95 avec L’apostrophe/Scène nationale de Cergy-Pontoise, les deux structures devenant la Nouvelle Scène nationale de Cergy-Pontoise dirigée aujourd’hui par Fériel Bakouri, il poursuit au sein de cette nouvelle structure – avec la compagnie Joël Dragutin en résidence pour trois ans – son travail d’auteur et de metteur en scène.

La plupart de ses pièces ont été publiées aux éditions de l’Amandier : La Baie de Naples, Tant d’espace entre nos baisers, Sens unique, Haute altitude, La Spectatrice, L’Estivante, Petits voyages au bout de la rue, Chantier Public, Une maison en Normandie, En héritage…

Extraits de presse.